fren

Avec quelles valeurs êtes-vous mariés ?

 

« Jésus dit : voici à quoi ressemble le Royaume des cieux : un roi organisa un repas de fête pour le mariage de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler les invités, mais ils ne voulurent pas prendre part à l’événement. Il dit à ses serviteurs : allez donc sur les places et invitez tous ceux prêts à venir que vous rencontrerez. La salle de la fête se remplit. Le roi vit tous les invités mais repéra un homme qui ne portait pas d’habit de fête. Le roi dit : qu’il soit jeté dehors, dans la nuit, pieds et poings liés. Et Jésus conclut : il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus ! » (Mt 22, 1-14)

 

Voilà une petite phrase lancée par Jésus, qui va exactement à contrecourant de l’ambiance « tolérante » de notre époque, où il paraît que toutes les vérités se valent ! Il dit même : « Large est le chemin qui mène à la perdition, étroit celui qui conduit à la vie, très peu le trouvent ! » (Mt 7,13-14)

 

Avec quelles valeurs êtes-vous mariés ?

 

 

Quand Polnareff chantait : « on ira tous au paradis », il exprimait une conviction exactement contraire, et assez répandue chez nos contemporains affranchis de toutes exigences religieuses. Pas besoin de critères de vie, pensent-ils, si D.ieu est amour, il fermera forcément les yeux sur les comportements fautifs et sur les éloignements irresponsables…

 

Qu’en est-il en réalité, si l’on écoute le message provocateur de l’évangile des invités à la noce ? C’est une parabole, une histoire symbolique. On a donc compris que le D.ieu d’Israël est ce maître de maison qui invite généreusement à la fête des noces de son fils. Son fils est celui qui incarne ce qu’il a de plus cher, car c’est lui qui représente en sa personne une vie en harmonie avec les commandements – respect de D.ieu et amour des autres, shalom universel en perspective.

 

Toute la Bible parle en effet de noces pour exprimer l’alliance entre D.ieu et son peuple Israël, l’union entre D.ieu et l’humain. Une histoire d’amour à travers les lois. Pour les disciples juifs de Jésus, et selon la tradition biblique, D.ieu veut épouser notre humanité, il est le D.ieu de l’alliance et ce projet se réalise dans le visage du Fils.

 

Ce que le maître de maison attend, c’est que tous les invités sans exception répondent de bon cœur et se joignent à la joie du fils, mais hélas, un trop grand nombre d’invités estiment avoir plus intéressant à faire que de prendre part à ce banquet. Le maître ayant aussitôt lancé une invitation élargie aux passants de bonne volonté, il y a de plus en plus de convives en habit de fête dans la salle, pour célébrer cette généreuse attention. Des personnes ralliées au dernier moment à une cause fondamentale à ne pas rater.

 

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

 

Un nouveau venu pourtant se distingue, par sa tenue inacceptable, et le maître de maison fâché le met à la porte. Lui manque-t-il un ornement quelconque ? Sa tenue est-elle froissée ? Non, quelque chose de beaucoup plus important doit faire défaut à ce personnage. Est-il un pique-assiette du royaume de Dieu, un opportuniste qui n’a que mépris pour le généreux maître de maison ?

 

Cet homme, visiblement, n’a pas saisi que l’invitation était si personnalisée qu’il aurait dû en être transformé, non pas par un look extérieur, mais en s’habillant « avec le cœur », selon l’expression du petit prince de st Exupéry. Les autres invités, malgré leurs défauts, leurs déficiences et fragilités manifestes lors de leur arrivée tardive, ont finalement adopté et revêtu ce « corps spirituel » lumineux et magnifique qui est celui inauguré par l’ère messianique, ils se sont laissé transfigurer par l’alliance.

 

Celui qui est montré du doigt par le maître se retrouve finalement « à l’extérieur », « pieds et poings liés » ; c’est l’image même de l’homme qui s’est exclu lui-même de la fête, et qui se révèle tragiquement tel qu’il est : entièrement ligoté dans ses errements et ses illusions. Pieds et mains liés, c.a.d. démarches figées et activités sans résultat. Paralysie absolue de l’être dans la nuit statique des fausses valeurs.

 

On peut y voir le profil de ceux qui – d’une manière ou de l’autre – rejettent l’alliance de D.ieu avec son peuple, qui méprisent la Tora et le don de la terre eretz Israël, qui ignorent ou dévitalisent les commandements, les mitsvot, et qui obscurcissent ainsi par leurs comportements erratiques l’horizon d’une terre fraternelle.

 

Serait-ce ceux ou celles qui aujourd’hui lancent négligemment : certes, je suis croyant, mais pas pratiquant ! Ceux qui n’entrent jamais dans cette salle des fêtes et ce lieu de ressourcement qu’est une synagogue, une église, lieu de la Parole et de la communauté rassemblée ?

 

Revêtir l’habit de fête, porter le vêtement de noce, n’est-ce pas trouver sa vraie personnalité dans la transformation intérieure que suscite une relation vivante à D.ieu, et donc se comporter en conséquence ?

 

Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus !…Trop d’indifférence à l’essentiel ! Beaucoup de dénominations religieuses, beaucoup de déclarations, mais trop peu de véritables artisans de la justice et de la paix.


 

 

Source: Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info, 28/06/2014

 

Rencontre entre juifs et chrétiens