fren

Ce Jésus né sous la loi de Moise

La Conférence des Evêques suisses a décidé d’instituer un « Dies Judaïcus » (jour du judaïsme) chaque année lors du 2ème dimanche de carême.
Cette démarche n’a rien d’exotique, car, comme l’affirmait le pape Jean Paul II, très engagé dans ce sens, « qui rencontre Jésus Christ, rencontre le judaïsme ! ».

 

Mur des Lamentations

Il s’agit donc, pour le peuple chrétien, de prendre davantage conscience de ce que la tradition hébraïque a signifié dans le passé, mais aussi de ce qu’elle représente aujourd’hui, pour nous, disciples de ce Juif Jésus né sous la loi de Moïse, et membre du peuple d’Israël. Soyons conscients du fait que Marie, les apôtres, et les membres actifs des premières communautés, étaient des juifs pratiquants.
Nous avons par conséquent un lien intrinsèque avec le judaïsme et avec nos « frères aînés », non pas dans un sens archéologique, mais dans une dimension vivante et actuelle : 

l’Eglise catholique a en effet une relation privilégiée avec les Juifs comme avec aucune autre religion, car nous sommes de la même famille spirituelle, celle de l’Alliance, qui d’ailleurs sous sa version première reste en vigueur, car « Dieu ne reprend pas ses engagements » (Paul aux Romains).

Catholiques, protestants, orthodoxes, nous partageons avec la Synagogue les livres du Premier Testament, et avons une magnifique prière commune : les psaumes. Tout ceci a été rappelé par le Concile Vatican II, avec la déclaration « Nostra Aetate », qui a aboli la notion irresponsable de « déicide », et qui a exprimé le renoncement de l’Eglise à son ancienne prétention de « remplacer » le peuple juif.
Ce retour aux sources et cette clarification ont, dans les décennies suivantes, fait l’objet de nombreux textes officiels à haute teneur théologique et oecuménique.

Dans l’Unité pastorale Nations/St-Jean, cette Journée particulière sera solennisée le 24 février par une messe chantée en hébreu à St Antoine de Padoue à 10h00 suivie d’une conférence-discussion sur les étapes marquantes du dialogue judéo-chrétien depuis Vatican II, le même dimanche 24, à 17h. à la salle de la cure, (rez) 17 rue Schaub. Le pasteur Bernard Buunk interviendra également lors de la messe et à la conférence.

Saisissons ces opportunités pour éclairer notre réflexion et approfondir notre foi en Eglise, en enrichissant notre spiritualité biblique. C’est en ravivant notre mémoire que nous activons notre présent et que nous posons les jalons de notre avenir, sous la mouvance de l’Esprit.

 

Père Alain René Arbez

 

Source: dreuz.info

 

 

 

 

Actualités chrétiennes