fren

Israël : un simple antibiotique peut stopper le cancer du côlon

Université de Tel Aviv et Hôpital Ichilov (Israël) : un simple antibiotique peut stopper le cancer du côlon

 

cellule cancereuse

 

Une étude pionnière réalisée sous la direction du Prof. Rina Rosin-Arbesfeld du Département de microbiologie et d’immunologie clinique de la Faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Dr. Revital Kariv de l’Institut de gastroentérologie de l’hôpital Ichilov à Tel-Aviv, a révélé qu’un simple antibiotique généralement utilisé contre les bactéries intestinales est capable de faire disparaitre les polypes précancéreux du côlon. D’après les chercheurs, l’étude, menée auprès de patients atteints de polypose adénomateuse familiale, maladie héréditaire provoquant l’apparition d’un nombre énorme de polypes dans le gros intestin, susceptibles d’évoluer en cancer du côlon, éveille de nombreux échos ainsi que l’espoir de trouver d’autres antibiotiques capables d’enrayer des types de cancers différents.

 

Pourrait-on freiner l’apparition du cancer, voire l’enrayer grâce à un simple antibiotique ? C’est en tous cas ce qu’est parvenu à faire le Prof. Rina Rosin Arbesfeld dans la clinique de gastroentérologie du Dr. Revital Kariv au Tel-Aviv Medical Center. « Le cancer colorectal est le troisième parmi les cancers le plus fréquemment diagnostiqués, et la quatrième cause de mortalité dans le monde. Son origine provenant dans la majorité des cas d’une mutation du gène APC (polypose colique adénomateuse), nous avons voulu vérifier la faisabilité et l’efficacité d’une correction de cette mutation comme traitement potentiel de la maladie », explique-t-elle.

 

Nous avons utilisé un antibiotique pour traiter le cancer

 

Après avoir testé l’efficacité d’un antibiotique généralement utilisé contre les microbes intestinaux, appelé érythromycine, sur des souris de laboratoire, et constaté qu’il faisait disparaitre les polypes précancéreux, les chercheuses l’ont essayé sur dix patients atteints de polypose adénomateuse familiale (PAF). « Il s’agit d’une maladie génétique dans le cadre de laquelle les patients développent des centaines, voire des milliers d’adénomes dans le côlon et le rectum, qui peuvent évoluer en cancer s’ils ne sont pas retirés. Comme elle est relativement fréquente et que le développement des adénomes peut être suivi par endoscopie, la PAF  est depuis longtemps utilisée comme modèle prototypique pour suivre la formation et la progression du cancer du colon, et élaborer des stratégies de prévention des polypes », explique le Prof. Arbesfeld.

 


Actualités d'Israël