fren

L’ancien Grand rabbin Haïm Sitruck : « La Gay Pride israélienne, une tentative d’extermination morale du peuple d’Israël »

Grand rabbin Haïm Sitruk

 

 

L'ancien Grand rabbin de France, Haïm Sitruck, a qualifié vendredi la Gay pride (Marche des fiertés) de Tel-Aviv, de « tentative d'extermination morale du peuple d'Israël ».

 

« Mon cœur a saigné en apprenant la terrible nouvelle de l'organisation vendredi à Tel-Aviv de la Gay pride. La Torah qualifie l'homosexualité d'abomination et elle la considère comme un échec de l'humanité. Israël, par cette manifestation, se trouve rabaissé au rang le plus vil » , a fustigé l'ancien Grand rabbin dans sa chronique hebdomadaire sur RadioJ.

« La communauté me connaît bien. Je ne me suis jamais exprimé en des termes si radicaux et violents contre quelque chose. Mais là, c'est la morale même du peuple juif et de toute l'humanité qui est en jeu. Il n'y a pas de mot assez fort pour le crier. Ceci étant, j'espère toujours un sursaut de la conscience de nos frères et surtout, de tous ensemble, exprimé avec force notre désaccord irrémédiable devant une telle catastrophe », a poursuivi le rabbin.

 

« Je n'hésite pas à qualifier cette initiative de tentative d'extermination morale du peuple d'Israël. Si nous perdons notre morale et notre idéal, que dire à l'humanité qui a les yeux tournés vers nous. J'espère que les auditeurs écouteront mon appel au secours et réagiront de façon radicale à une telle abomination. Quoi qu'il en soit, je demeure optimiste sur l'avenir car je sais que le peuple juif a toujours su être grand dans les épreuves et celle-ci en est une », a-t-il conclu.

 

Dans un statut publié samedi sur sa page Facebook personnelle, Gil Taïeb, vice-président du CRIF, a qualifié de « gâchis » la prise de parole du dignitaire religieux.

En 2015, Yishaï Shlissel, un juif ultra-orthodoxe, avait perpétré une attaque au couteau contre des participants à la Gay Pride de Jérusalem. Une jeune israélienne, Shira Banki, 16 ans, avait été tuée et cinq autre personnes blessées.

Les deux grands rabbins d'Israël, David Lau et Yitzhak Yossef, avaient condamné avec force l'attaque.

L'assaillant avait déjà blessé trois personnes à la Gay pride de Jérusalem en 2005. Il venait à peine d'être libéré après avoir purgé dix ans de prison pour cette attaque.


Actualités d'Israël